« J’ai testé pour vous »: les Pixies au Zénith de Paris

qu'est ce que tu as grossi Francky n'empêche !

qu'est ce que tu as grossi Francky n'empêche !

La semaine passée, un groupe mythique a donné 2 concerts au Zénith de Paris dans un anonymat ma foi assez relatif malgré la qualité indiscutable de ce band.

Une attente un peu à l’image de leur carrière: en retrait.

Les Pixies on le sait, n’étaient pas le groupe le plus charismatique de leur époque et on peut imaginer qu’avec un Kurt Cobain à leur tête (d’ailleurs ce dernier a toujours reconnu l’influence des Pixies sur la musique de Nirvana), leur destin aurait été tout autre (split du groupe en 1993).

Mais bon, un peu à l’image du Velvet Underground, les Pixies c’est un nom qui parle forcément aux fans de rock.

Afin de célébrer le vingtième anniversaire de leur album Doolittle, les Pixies étaient donc de passage dans notre capitale.

Que dire donc sur ce concert du jeudi 15 Octobre 2009 ? Tout d’abord, du haut de mes 24 ans je me suis senti un petit peu jeunot par rapport à une audience qui a du être jeune au début des années 90.

Au final j’ai trouvé l’ambiance assez quelconque, voir décevante, se limitant à quelques pogos dans la fosse mais pas de quoi fouetter un chat (ou un singe, clin d’oeil à la pochette de Doolittle).

Au niveau de la tracklist, les Pixies débutent par 5 chansons dans l’intimité la plus totale, faible éclairage et morceaux expédiés en moins de 2 minutes. Puis arrive Debaser, premier morceau de Doolitlle (qui sera joué en intégralité) et là c’est la grosse claque. Déjà parce qu’il s’agit d’une pièce de choix du répertoire des Pixies et parce qu’on découvre un écran géant dans le dos du groupe et qui diffusera pendant tout le concert quelques visuels forts intéressants et en rapport avec les morceaux du groupe.

Le son est vraiment bon, la batterie claque comme il faut, on entend chaque note de la basse de Kim et la voix de Franck vous transperce les tympans et vient directement taper au cerveau.

Pendant les morceaux, Kim se charge d’animer un petit peu le tout mais on ne les a pas sentis très communicatifs avec leur public.

1h30 de concert au total (court d’autant plus qu’ils ont supprimé 5 morceaux par rapport aux autres dates européennes :()

Bien entendu, un final sur « Where is my mind » où certaines personnes peuvent enfin chanter (mieux vaut tard que jamais me direz vous) en reprenant en choeur les légendaires Whoo Whoo!

Je vous mets quelques vidéos ci dessous, cliquez simplement sur les titres 😉

Debaser

Monkey Gone to Heaven

Gouge Away (un de mes morceaux préférés)

Au final cela restera un très bon souvenir, les Pixies étant un groupe que je rêvais de voir en live, je peux les cocher sur ma To Do List musicale.

Au paradis du rock, ces gens là ont leur place assurée. Après tout, comme le chantent si bien Franck et Kim, This Monkey gone to heaven ! 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :