Community Manager, un poste de stagiaire ?

C’est la question que je me pose de plus en plus ! Et qui accessoirement me déprime de temps à autres :).

Passionné par les réseaux sociaux, les communautés, les forums et les conversations que les marques doivent instaurer avec leurs fans, je suis en recherche d’un poste dans le Community Management.

Etant diplômé d’un Master II Marketing au sein de l’IESEG Lille en 2008, je me heurte actuellement à un problème plutôt délicat. En effet, une simple recherche de ce types de postes sur le web suffit à mettre en valeur un phénomène intriguant: « le poste de Community Manager est actuellement proposé en grande majorité à des stagiaires ».

Ce métier est pourtant on ne peut plus à la mode en ce moment.

Le cabinet de recrutement Altaide vient justement de publier un article à ce sujet, intitulé: « Community Manager, la fonction à la mode dans le marketing digital ».

Voici la présentation de ce métier selon Jacques Froissant, auteur de ce billet.

Les taches principales du Community Manager sont les suivantes:

  • élaborer des recommandations et des plans d’actions,
  • créer et gérer une communauté en ligne en utilisant les outils marketing et communautaires, comme les forums ou les blog,
  • assurer la pertinence des réponses apportées,
  • maintenir une communication harmonieuse avec les utilisateurs,
  • dynamiser la communauté grâce à des newsletters, des jeux, des événements,
  • assurer une veille sur les réseaux sociaux autour d’une part de votre marque ou service suivi, et d’autre part pour identifier des « practices » intéressantes et reproductibles,
  • assurer un  » reporting  » et une mesure de retour sur investissement de ses actions.

Bien entendu, l’émergence de ce nouveau métier est due à l’explosion des réseaux sociaux ces dernières années.

Les annonceurs notamment commencent de plus à plus à comprendre l’intérêt de ces postes dans leurs dispositifs de communication et marketing même si en France nous avons toujours un temps de retard par rapport aux Etats Unis où les cases studies sur le sujet sont nombreux.

On lit ici et là que le Community Manager serait en fait le porte parole de la marque auprès des communautés et qu’il représenterait ainsi une marque et ses valeurs sur le Web.

N’est il alors pas paradoxal de voir que la plupart des offres de Community Manager concernent des stagiaires ? On confie ainsi ce poste clé à une personne généralement moins impliquée dans l’avenir et la vision de l’entreprise qu’un employé de la dite entreprise ?

Comme je l’ai expliqué au début de mon article, je suis diplômé depuis octobre 2008. J’ai par le passé effectué des stages et diverses études sur le web en général (publicité, participation à la stratégie web d’un journal..) et lors de ma précédente expérience en tant que consultant en recrutement par approche directe (chasseur de tête, même si cette expression n’est pas toujours très bien vue :)), j’ai eu l’occasion de participer activement au positionnement web du Cabinet (présence sur les réseaux sociaux Linkedin, Viadeo, Twitter… ainsi que la création d’un blog entreprise).

Néanmoins, je me heurte aujourd’hui à cette étrange réalité qui veut que le Community Manager soit actuellement en France un poste de stagiaire.

Alors bien entendu, étant donné que l’émergence de ce métier est toute récente, il y a encore relativement peu de personnes formées sur ces problématiques et ayant une expérience professionnelle sur le sujet.

C’est pour cela que je commence à envisager tout doucement  la possibilité d’effectuer un stage hors études qui me permettrait ainsi de pouvoir enfin mettre en avant mes compétences et ma passion pour les problématiques liées à l’animation de communautés.

Et après tout, le Community Manager semble être le métier de rêve pour un stagiaire qui se voit ainsi confier un poste clé et des responsabilités difficilement atteignables sur d’autres types de postes dans le cadre d’un stage :).

Que pensez vous de cet étrange paradoxe ?

Publicités

9 Responses to Community Manager, un poste de stagiaire ?

  1. kavarua says:

    Intervention ma foi très intéressante qui me pousse a réagir et a donner ma vision du problème.
    Tu l’as dit de plus en plus entreprises prennent conscience des enjeux que peuvent revêtir le développement des réseaux sociaux et la mutation de la relation annonceur/client qui va avec. Malheureusement, je pense que même parmi cette population « consciente » et prête a embaucher dans ce sens, une grande majorité a une vision extrêmement simpliste et tronquée du métier pensant qu’il ne s’agit que d’animer une page facebook ou un compte twitter. De cette façon, elles pensent également que le travail nécessaire n’est pas si grand et qu’un stagiaire « exploité » et peu payé remplira très bien la tache!

    L’enjeu est donc grand pour les candidats qui doivent réussir a expliquer, convaincre que le community management est bien plus poussé que ca et qu’il nécessite des ressources a la hauteur des enjeux…

    Messieurs les patrons reveillez vous, il va falloir en mettre un coup!

  2. Vincent says:

    L’explication de Kavarua est effectivement une partie de la réponse mais à mon avis le vrai problème qui se pose vient de la frilosité des entreprises et plus particulièrement des directeurs marketing et communication.

    En effet comme dans la plupart des boîtes Françaises les responsables market’ et com’ n’y connaissent rien en web. Ils ont peur de se faire déborder par un petit jeune qui risque bien de leur montrer que leurs stratégies traditionnelles, montées à grand coup de marketing classique, qui coutent 3 bras sont à revoir de zéro.

    Et comme la plus grande qualité des manager français n’est pas vraiment la remise en question on en arrive à la conclusion que ce serait bien d’avoir un CM mais tant qu’a faire faut être sur qu’il ne risque pas de tout chambouler alors on prend un stagiaire.

    CQFD !

  3. Boris says:

    Je nuancerais l’avis de Vincent car je ne pense pas que les stratégies traditionnelles sont toutes à jeter. Néanmoins dire que les responsables Market’ et Com’ ne connaissent rien au Web me semble méchant mais assez réaliste.
    Il suffit de voir combien de boites demandent à leurs développeurs Web d’assurer la partir CM (alors que ce n’est pas du tout le même métier).

    Je pense aussi qu’un des problèmes du CM est l’absence de ROI visible par le client (sauf si celui-ci est déjà dans une démarche intellectuelle où il évalue son ROI en terme de qualité relationnelle, ce qui n’est pas souvent le cas). Du coup peu de client veulent investir dans un poste dont ils ne savent pas s’ils vont le conserver. Ils ouvrent donc un poste de stagiaire, pour voir.

    Enfin, je pense que beaucoup se rendent compte que le stagiaire est facilement impressionnable, qu’on peut le faire travailler beaucoup et pour pas cher et que ça permet de faire un grand gain en terme de salaire. Combien de stratégie Com’ sur le Web sont mises en place par une personne et une seule (et mal payée) alors qu’elles en nécessiteraient plusieurs ?

  4. Yoann says:

    Comme l’ont précisé Kavarua, Vincent et Boris, ce « test » par le stagiaire est à la fois condition à la création d’un poste et levier pour créer ce poste.
    Peut-être que tu pourrais essayer de négocier ces offres de stage avec participation en fonction du ROI. Encore faut-il que tu arrives à le rendre « visible » en faisant un reporting qui mélange qualité et quantité. Pour cela, il faut utiliser les outils de trafic vraiment précis et puissants comme Omniture Site Catalyst qui te permet quasiment de suivre chaque Community member du tweet jusqu’à l’achat.
    Encore faut-il que l’entreprise pour laquelle tu travailles aie un outil suffisamment puissant.

  5. Guillermo says:

    Tout à fait d’accord avec Yoann.

    Les marques frileuses, ouvrent le poste sur un stagiaire et prennent petit à petit conscience de l’importance de ce poste.

    D’ici quelques années, je suis certain que les stagiaires actuels seront les community manager en postes, et seront assistés par de très sympa stagiaires passionnés à leur tour par le web, les marques et le CM…

  6. be3pi says:

    Stagiaire ( = pas cher environ 350 euros) + un service qu’ils peuvent facturer plusieurs dizaines de milliers d’euros (page twitter = 50 000 euros par an!!) = Super ROI pour agence en manque d’inspiration!!

  7. Julie says:

    Je suis actuellement Community Manager dans une grande banque …et stagiaire … !

    Et je me rends en effet compte qu’il n’y aura pas de débouché vers un cdd ou cdi à la fin de mon stage..!
    J’espère que ce que dit Guillermo est vrai 🙂

  8. Martin says:

    merci à vous tous pour ces nombreux commentaires !

    j’ose quand même espérer que cette situation n’est que temporaire et que les personnes souhaitant travailler dans ce domaine pourront rapidement trouver un contrat de travail digne de ce nom :).

    On sent quand même que les annonceurs et les agences commencent à investir sur ces problématiques !

  9. Vinceslas says:

    Je viens d’être engagé pour devenir le Community Manager d’une grande marque de montres suisses en Cdi. Lors de mon entretiens le directeur marketing m’a tout de suite signifié que c’était un poste clé et qu’il désirait une personne avec suffisemment de séniorité pour pouvoir donner de la crédibilité à la stratégie liée.

    Ce qui a fait pencher la balance en ma faveur ce sont mes 7 ans d’expérience non pas en agence, mais en tant que responsable de la comm web pour de grande boites côté en bourse et la rigueur de communication qui y est liée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :